Ce nouveau contrôle de ventilation RE 2020 en fin de construction est apparu avec la mise en application de la nouvelle réglementation environnementale RE 2020 au 1er janvier 2022.

Le protocole de contrôle des systèmes de ventilation RE 2020 appliqué lors du contrôle est disponible au téléchargement sur le site du ministère.

Ce contrôle des systèmes de ventilation est obligatoire pour tous les bâtiments d’habitation soumis à la RE 2020. La qualification QUALIBAT 8741 requise pour l’opérateur autorisé.

On réalise certains contrôles de façon volontaire en cours de chantier, afin de s’assurer de la mise en œuvre avant de fermer les plaques de parement.

Les contrôles portent sur une définition large du système de ventilation, certains points sont obligatoires tandis que d’autres sont facultatifs. Il suffit qu’un seul des points obligatoire ne soit pas conforme pour que la totalité de l’installation soit non-conforme.

Les vérifications portent sur la réalisation du système par rapport aux avis techniques et ou étude de ventilation. Nous vérifions les dimensions de trappe, emplacement, accès dans les combles, longueurs et types de gaines, suspensions, coudes, points bas, type de bouches d’extraction, manchettes, distance au mur mais aussi type de sortie toiture… Un cheminement doit permettre l’accès au groupe d’extraction avec une aire de travail suffisante à sa verticale. Mais aussi le modèle d’entrée d’air (simple flux), dimension de mortaise, nombre, détalonnage des portes, etc… Ainsi que des mesures en pression et débit aux bouches suivant le système installé. Les points de contrôle sont nombreux et touchent plusieurs lots.

Pourquoi est-ce important ?

La ventilation est essentielle dans un bâtiment, le débit minimum d’air à extraire est défini dans l’arrêté du 24 mars 1982. Les débits d’air neuf dans les pièces de vie sont quand à eux régis par le DTU 68.3. Professionnels et particuliers installent la ventilation mécanique contrôlée (VMC) sans aucun contrôle, surtout dans les maisons individuelles. Le non-respect des normes et avis techniques conduisent à un débit trop faible, un déséquilibre des flux, des bruits anormaux… Cela engendre une gêne dans le logement, un renouvellement d’air insuffisant et une dégradation du bâtiment à l’humidité.